Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /
Voilà un vigneron célébré par les vignerons eux même. Ses vins sont rarissimes sur eBay, ce qui est un exploit et suggère que ceux qui les achètent les boivent... Ses vins sont fins, élégants, racés et longs. De la dégustation en longueur comme dirait sa femme Alix, la fille d'Hubert de Montille. La classification des crus sur Meursault a probablement été chiche, tant la qualité de nombreuses parcelles comme les narvaux, les meix chavaux, les tillets, les tessons (et encore bien d'autres) est évidente.


Ce soir, un artiste qui sait ce qu'être un artiste. Mais qui ne se montre pas, contrairement à beaucoup de ses collègues, les acteurs. Cette passion ne l'a pas empêché de reprendre le domaine quand son père n'en a plus été capable. Et là aussi avec passion, et un sens de l'équilibre, de la mesure propre aux grands comédiens.

Le Domaine :
Domaine historique de la Bourgogne (depuis la fin du XVIIIème siècle), le domaine Roulot s’est véritablement développé sous la direction de Guy Roulot et est aujourd’hui dirigé par ses enfants Michèle et JM Roulot. JM Roulot s’occupe du domaine véritablement depuis 1989.

Le domaine exploite 11ha de vignes essentiellement blanches situées sur la commune de Meursault. Les vignes sont dans l’ensemble assez âgées ayant été plantées par Guy Roulot dans les années 50-60 à partir de sélections massales. JM a replanté les bourgognes blancs en sélections clonales mais replante depuis en sélections massales.

 

En 1989 le domaine a commencé sa marche vers une viticulture biologique et il l’est totalement depuis 1999. Il fait aujourd’hui des essais en biodynamie.

Le domaine n’est pas adepte des vendanges en vert, le travail devant se faire avant avec notamment un ébourgeonnage en mai. En cave la vinification se fait en fût avec fermentation alcooliques avec levures indigènes puis fermentations malolactiques en fût toujours. Puis l’élevage commence sur lies sans bâtonnage pendant presque un an (jusqu’aux vendanges suivantes). A lieu alors un soutirage, et le vin est mis en petites cuves inox avec sa lie. Six mois plus tard lorsque le vin est à nouveau soutiré avant sa mise en bouteille la lie a quasiment disparu. Puis le vin est mis en bouteille avec collage et une légère filtration.
Pour Jean Marc Roulot, l’élevage des vins blancs consiste à tendre le vin un peu comme un élastique et à mettre en bouteille à cet instant là. Dans ces conditions, il accorde une grande importance aux fûts et à leur entretien. Le fût ne doit pas marquer le vin (20% neuf), d’où l’utilisation d’un appareil pour passer les fûts à la vapeur et l’achat d’un nouveau lave-fût. Il se différencie en cela de Jean François Coche Dury, autre légende murisaltienne, qui marie merveilleusement bien fût neuf et vin.

JM Roulot aimant bien pousser brièvement le pressurage pour avoir de la lie, il cherche à cueillir les raisins les plus sains possibles. En 2004 les raisins sont cueillis entre 12 et 13° au dessus de 12°4 pour les Meursault.

Moyenne des rendements en Meursault : plantation 10 000 pieds à l’hectare : 2002 45 hl/ha, 2003 20 hl/ha, 2004 53 hl/ha, 2005 35 hl/ha et 2006 40 hl/ha

Le domaine a pris l’habitude de séparer ses villages sous l’influence de Bernard Michelot et Pierre Matrot. Aujourd’hui sont produits 6 Meursault village différents : les Vireuils, les Meix Chavaux, les Luchets, les Tillets, les Tessons et les Narvaux (acquisition récente 0,25 ha).

Tillets (2002) : Parcelle de 0,48 ha située en haut de coteau, entre 320 et 340 m. Exposition sud, sol peu profond sur cailloutis. Vin et, tendu, stylé et pur, très précis. Profil svelte, très minéral, magnifique droiture et allonge.

 

Tessons Clos de Mon Plaisir (1998) : 0.847 ha; C’est le vin avec la robe la plus soutenue des 3 villages. Avec ce vin on atteint une certaine plénitude avec un équilibre entre densité, acidité et complexité. Un vin qui ferait honneur à l’appellation Meursault 1er cru et à la longue garde prévisible.Malheureusement, le vin commençait sa madérisation..

 


 

 

 

1er cru Bouchères (2001) : Parcelle de 0,16 ha. Vigne située à 260 m sur sol peu profond et caillouteux. Nez moins expressif, vin un peu plus intense encore, très subtil, raffiné, texture presque soyeuse. Grande minéralité et élégance naturelle, arômes de fleurs blanches à l’aération : finesse et dentelle caractérisent ce premier cru. Très beau, long, élégant avec une belle ligne conductrice minérale. Grand vin.

 


 

 

1er cru  Charmes (2001) : 0.277 ha située dans les Charmes Dessous, partie moins bien située du 1er cru. Sols profonds, pente très faible, 240 m d’altitude. Grand nez franc, intense. Bouche cristalline, ultra-racée, d’une rare intensité, grande tension et vivacité, ampleur impressionnante. Très grand vin riche et harmonieux.Par rapport aux autres, trop de rondeurs. Certains lui préfèrent le tillet.

 

 

1er cru Perrières (2001) : Parcelle de 0.26 ha située dans les Perrières Dessous (achetée en 1976 pour 50 000 Fr. l’ouvrée, plantée début des années 50), situation dans un sol pauvre où la roche affleure. Ample, très profond, caressant, se déploie lentement, gagne en intensité, puissance épicée avec des arômes de miel et de croissants chauds. Fermeté et profondeur, grande classe, harmonie, et  longueur superlative : il sera un jour grand cru, tout particulièrement sa meilleure partie, le clos des perrières (propriété exclusive d'Albert Grivault qui est entourée de murs sur la toute première photo), qui possède le même sol que le Montrachet !! Sacré vin, un des très grands bourgogne blanc bu.

Bonne dégustation !!

Partager cette page

Repost 0

Présentation

  • : Vins de Martinique
  • : Les aventures de dégustation d'un club oenophile tropical.
  • Contact

Recherche

Pages