Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /
Les grands chablis sont des vins d'une minéralité et d'une fraicheur vivifiantes. Ils sont nés sur des marnes et calcaires à "exogyres" datés du Kimméridgien (époque du jurassique supérieur, -150 millions d'années). Il s'agit d'un terroir de prédilection pour le chardonnay. Deux honnêtes hommes à la suite de deux honnêtes hommes :

Les pères étaient perfectionnistes, les fils le restent. Et c'est de famille puisque Vincent Dauvissat et Jean Marie Raveneau (comme son frère Bernard qui prend part à la tenue du domaine) sont cousins. Hasard ? Surement pas. Depuis plus de trente ans, ces familles ont arrêté de mettre de la chimie dans leurs vignes comme ils l'avaient fait auparavant dans leur potager. Du simple bon sens.. mais qui le faisait à cette époque? Sans le revendiquer, ils sont en biodynamie. Vincent répond à ceux qui trouvent cette méthode et ses prosélytes jusque boutistes que c'est du vivant et que la plante est sensible à son environnement, à la terre, au soleil, aux impulsions personnelles que tu peux lui donner. Certains ont la main verte et d'autres pas... La biodynamie est plus une question d'ouverture que de fermeture, une question d'harmonie avec son environnement. Il faut garder son bon sens paysan. Les deux cousins sont des hommes modestes et humbles, ce qui leur a permis de progresser attentivement en améliorant chaque détail de façon presque scientifique : essais en matière de viticulture, d'élevage sur une partie de la parcelle en comparant à chaque fois le résultat avec le reste de la parcelle cultivé et élevé comme cela se faisait jusque lors. Ces deux là ne veulent pas plus de vignes, parce qu'ils ne laisseraient personne s'en occuper à leur place. Ce sont des vignerons artistes, des ouvriers magnifiques de la vigne, devenus malgré eux des domaines cultes, des mythes de la Bourgogne. Ils vendent à des prix comme les autres. Ce ne sont pas eux "qui prennent l'oseille", mais une partie de ceux qui sont clients depuis plusieurs dizaines d'années, disposant d'une allocation. Ceux qui revendent leurs nectars à prix d'or justifient ils vraiment la fidélité de ces deux familles? Rien n'est moins sûr...
Vincent Dauvissat (à droite)                                                                  Jean Marie Raveneau (à droite)

Un vieux Raveneau ou un vieux Dauvissat crêve les plafonds en matière de prix. Au sein des amateurs, il y a ceux qui en ont bu et les autres. Les premiers crus de Chablis doivent attendre au moins 5 ans et les grands crus 10 ans.

2000 est un très grand millésime mur à Chablis qui pourra aller beaucoup plus loin que l'âge auquel nous buvons les bouteilles.

Le domaine René et Vincent Dauvissat (ne pas confondre avec Jean Dauvissat) possède 11.7 hectares dont des premiers crus vaillons, séchet et Forest complétés par deux grands crus, les preuses et les clos. Tous les vins passent en fûts anciens régulièrement renouvelés, jamais neufs.

Le domaine Raveneau commence à faire de la grande qualité depuis 1948. Il comprend 7.5 hectares dont six premiers crus et trois grands crus. Lui élève en fûts neufs, mais de façon mesurée.

Chablis fait 4900 hectares alors qu'il en faisait 30000 avant le phylloxera. Les premiers crus (800 hectares) étaient autrefois beaucoup plus nombreux (58) mais pas plus étendus. Ils ont été regroupés autour des 17 plus connus. Les deux familles, qui embouteillent leur production depuis plus de cinquante ans, ont décidé de conserver le nom ancien de ces crus, comme ils l'ont toujours fait.




Forêt et Butteaux, premiers crus provenant du domaine F Raveneauet du domaine Dauvissat pour le premier, sont des parcelles de Montmains et restent donc proches. Forest est la synthèse entre nerf et côté massif avec un sol argileux et profond. Il développe avec l'âge des notes de miel de chataignier, de fleurs blanches, de mousseron, de craie, noisette grillée, pêche jaune très mûre, crême anglaise, citron, verveine, menthol. Il est plus sur la rondeur. Le butteaux, avec son sous sol marneux presque bleu, pour sa part, exhale la pomme verte, le chèvre feuille, le miel de façon plus discrète, les agrumes, l'amande avec une minéralité et un soyeux des plus seillants. Il est tout de même droit avec une richesse non négligeable. C'est le plus rustique et sauvage des premiers crus de Raveneau. Le Foret de Dauvissat est une lame minérale élancée et très belle. Le vin de Raveneau est effectivement plus mur, mais plus brouillon, sans l'unité de son cousin. Grand vin quand même. Le Butteaux est très beau alliant minéralité et parfums presqu'exotiques. Et toujours cette longueur..


Le Montée de Tonnerre est le plus complexe, minéral, floral et puissant de tous les premiers crus. Les vignes ont plus de cinquante ans. Il est cristallin et embaume le tilleul, la verveine, la pierre à fusil, la coquille d'huitre, la réglisse blanche (c'est pout Isa, les autres passez votre chemin, NDLR), les fleurs blanches et le fromage de chèvre frais avec une finesse matinée d'une puissance contenue. Sa vie commence austère. Un très beau vin là aussi, avec une minéralité fine, mais donnant l'impression de débuter dans la vie. Le Chapelot en est la meilleure partie avec les plus vieilles vignes, exposée plein sud, à la manière et dans la continuité des grands crus. Il est le plus distingué de tous avec une folle élégance. Il est rarement produit. Ce vin est une cathédrale gothique, une clé de voute ciselée, tapissant la bouche d'une folle minéralité, sans que rien ne dépasse et présentant ses parfums comme autant de sculptures dans la pierre des colonnes. Quand la minéralité devient caresse... Bravo... Tous deux viennent du domaine Raveneau.

Les grands crus sont quasi exclusivement sur sol calcaire kimméridgien (craie) à orientation donc totalement plein sud pour un total de 111 hectares. Leur nomination vient d'une décision de justice en 1938. Chacun a ses particularité. Le Clos est le plus réputé (mise à part la Moutonne) et le plus grand (24 hectares). C'est lui qui présente la plus grande force minérale et la plus grande longévité en bouteille. La minéralité et la longueur en bouche sont époustouflantes pour tous les amateurs qui ont eu la chance de goûter ce vin. Effectivement ce vin est très beau. Il nous étonne par son côté un peu sucré venant probablement de cette année très mure. On a l'impression de déranger une cathédrale pas encore terminée, qui ne montrera ses atours que dans une dizaine d'année..

Une bien belle dégustation où tous nous avons constaté cette minéralité si propre à Chablis.. Les vins des cousins Dauvissat et Raveneau sont vraiment à la hauteur de leur réputation, alliant une esthétique presque dépouillée et en même temps une richesse impressionnante. Des vins à la manière d'un jardin japonais..

Partager cette page

Repost 0

Présentation

  • : Vins de Martinique
  • : Les aventures de dégustation d'un club oenophile tropical.
  • Contact

Recherche

Pages