Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juin 2012 1 04 /06 /juin /2012 17:54

Beaucoup de chance pour nous de déguster les vin d'un domaine de légende.

 

Jean Louis Chave sur ses parcelles de Saint Joseph (copyright Jacques Perrin, mille plateaux)

 

La famille est reconnue pour produire depuis le XVème siècle (1481 précisément) un hermitage de très haute qualité qui s'arrache dans le monde entier. Y accéder est quelque chose d'exceptionnel, et nous le ferons. En attendant, nous commencerons par une autre vigne de la famille Chave, le Saint Joseph, encore plus passionnant, car ces pages sont en train d'être écrites par la génération actuelle, pour elle-même, et surtout pour les générations futures. Il ne s'agit donc pas du St Joseph de négoce, offerus, mais d'un vin fait de bout en bout par Jean louis Chave sur seulement 1.5 hectare situé sur la commune de Lemps, au lieu dit Bachasson. Et là, on refait tout, depuis la reconstitution des terrasses dans des pentes hallucinantes (montant depuis 125 m d'altitude jusqu'à 280 mètres en quelques dizaines de mètres) jusqu'à la replantation de ce terroir injustement oublié. Une gourmandise encore accessible, avec des prix allant de 30 à 45 euros. C'est cher pour cette appellation, mais c'est le prix autant de la légende (amenant une demande très au dessus des bouteilles disponibles chaque année), que du travail titanesque réalisé de façon obsessionnelle. D'ailleurs, ce n'est pas le domaine qui fait la marge, le vendant 15 euros HT.

 

Le domaine a de plus acheté en 2003 des terrains qu'il remet en vigne dans les coteaux de Chalaix, puis il y a quelques années 4 hectares d'un tenant sur Chalaix toujours en appellation Saint Joseph appelé le clos de l'arbalestrier, comprenant des vignes rouges pour 75% et blanches (roussanne essentiellement) pour 25%. Ces derniéres vignes semblent en apparence moins bien situées car en bas dans la vallée, mais il s'agit d'un cône d'accumulation des alluvions granitiques du ruisseau situé en dessous, réalisant en fait un très beau terroir pour la vigne. C'est un retour aux sources pour cette famille paysanne originaire de Saint Joseph (il y a d'ailleurs un lieu dit Chave juste au dessus du lieu dit Bachasson) et qui a eu dans le passé le nez de traverser le rhone pour acheter des vignes en hermitage. Il ne sera pour Jean Louis Chave pas question de faire des sélections parcellaires avant d'avoir vérifié en bouteille avec le vieillissement nécessaire qu'il y ait bien une expression différente entre les cuvées, ce qui est prévisible mais non encore démontré.

 

Jean Louis Chave dans ses vignes de Saint Joseph (copyright Jacques Perrin, mille plateaux)

 

Le sous sol de ce saint joseph est composé de granites très décomposés, riches en fer et quasiment schisteux. La trame verticale de ces roches permet aux racines une pénétration profonde du granit avec une expression minérale plus marquée. Dans cette zone, la culture de la vigne a été abandonnée du temps du phylloxéra, trop cher à entretenir et ne suffisant plus pour vivre. Les Chave ont replanté depuis 1996, remis en fonction, restauré les terrasses dont il ne restait plus que des vestiges (voir photo ci dessus). Cette petite vallée latérale calme est située perpendiculairement au Rhône. Les pentes très abruptes sont orientées plein sud. Le chêne vert s'y maintient, alors qu'en dehors, il ne pousse que bien plus au sud.

 

Nous boirons:

2002: costaud, mais long et d'un bloc. Les tannins sont soyeux.

2005: moins intéressant que 2006 et 2007 avec un coté asséchant. Jolis parfums et jolie longueur.

2006: gracile avec de la finesse qui va loin au fond de la bouche. Minéral. Beaucoup de parfums, toutefois moins que dans le 2007.

2007: grande longueur avec énormément de parfums sur le cassis, les fleurs type violette, rose, la truffe, le poivre. Les tannins sont présents mais très beaux. Bien construit.

2008: longueur moyenne, jolis parfums peu développés.

Une bien belle dégustation avec des vins ayant naturellement moins de présence que les Hermitages, mais un coté minéral attachant.

Christophe nous a sorti un saint joseph 2000 de Gilles Barge, beaucoup moins interessant, mais surtout de Gilles Grippa du même millésime très fin, minéral avec un caractère cristallin étonnant. Il ressemble à un Bourgogne. Pour plusieurs qui ont reconnu qu'il ne s'agissait pas du même domaine, le plus joli vin de la soirée.

 

Vidéo sur le Saint Joseph ici et ici. Le clos à Saint Joseph ici.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Vins de Martinique
  • : Les aventures de dégustation d'un club oenophile tropical.
  • Contact

Recherche

Pages