Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mai 2012 7 13 /05 /mai /2012 21:36

Eh oui, il y a quatre cuvée parcellaire de cote rotie par la famile Guigal. Les Turque, Landonne et Mouline ont une soeur, la chatillonne située en cote blonde. Elle est donc naturellement proche de la mouline, mais le prix n'a rien à voir.

La maison Vidal Fleury est extrèmement ancienne. Elle reçu la visite de Thomas Jefferson, futur président des états unis en 1787. Elle appartient à Marcel Guigal depuis 1985 alors que son père y avait fait ses classes dans les années 40. Le terroir de la Turque appartenait à la famille Vidal-Fleury, et quand Marcel Guigal acheta cette maison négligée depuis la mort de son propriétaire en 1976, sa première action fut de replanter ce terroir mythique et d'y produire la gloire viticole des Côtes du Rhône qu'il révait de posséder et que nous connaissons tous.

 

CR

                                                            Les plus grandes cotes roties selon la RVF (avril 2007)

 

 

La chatillonne appartient à cette maison depuis 1781, date de sa création. La parcelle de 0.8 hectares fournit chaque année en moyenne 3500 à 4000 bouteilles. Elle est constituée de 88% de syrah et 12% de viognier complantés. Le rendement moyen est de 25 à 30 hl/ha. La densité de plantation est de 6000 pieds par hectare. L'élevage est comme pour ses trois soeurs extrêmement long, 4 ans de fût.

 

 

La cote blonde (copyright JN Gosselin)

 

Ce qui la caractèrise est une finesse superlative. Elle a pourtant naturellement plus de tannins et de structure que les autres côtes blondes car elle est située en haut de la colline et est exposée à la fois aux froids descendant du plateau en provenance du massif central, mais aussi une orientation est qui la prive d'un peu de soleil par rapport aux vins du bas de la cote plein sud. Il y a donc souvent 1/2 degré d'alcool de moins dans la chatillonne que dans les vins plus exposés sud sur la même cote. Le froid fait produire à la vigne plus de structure, de tannins et c'est une des raisons de l'utilisation de viognier en plus grande quantité dans ces zones froides.

 

 

Nous boirons en septembre les millésimes suivants:

1988: abouti, dans la lignée de ces très grands vins. Un trouve les tannins asséchants, bcp le trouvent court, tous reconnaissent l'élégance aboutie. A mon sens, un des plus grands vins que j'ai bu jusque lors, d'une noblesse, race, grace insignes.

1991: grand écart entre les dégustateurs. La plus part ne reconnaissent pas le vin, le jugeant dissocié court, mais vaec les parfums des autres. Pour qquelques uns dont je suis, dans la continuité des précédents, minéralité caillouteuse, moins long mais sublime.

1995: là aussi très grand, d'une noblesse et d'une finesse rares.

1999: premier grand vin, d'une immense finesse, de très nombreux parfums nobles. immense.

2004: trop tôt. Du bois, mais c'est pas évident de penser qu'elle va s'améliorer.

 

Dégustationde très haut niveau, dont le prix reste humain. Les parfums sont splendides avec des parfums précieux de pivoine, violette, agrumes, framboise, cerise, cèpes, truffe, bois nobles. Pas de bois sauf le premier, celui ci ayant été totalement fondu. On a l'impression d'être dans la parcelle. Très grand.

 

Voici quelques renseignements supplémentaires sur la chatillonne, la côte rotie et les Guigal:

- la passion du vin

- Plusieurs vidéos sur la chatillonne ici et ici

- Les guigal ici , ici et ici

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Bacchus 23/10/2012 18:25

Si c'est aussi que les 3 autres cuvées, on devrait ce régaler.
Vivement mercredi soir
Merci Christophe

Présentation

  • : Vins de Martinique
  • : Les aventures de dégustation d'un club oenophile tropical.
  • Contact

Recherche

Pages