Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mai 2010 4 27 /05 /mai /2010 12:48

Les critiques sont maintenant légions, se faisant désormais majoritaires (mettant  d'ailleurs les défenseurs sur la ...défensive) contre la spéculation effrénée menée par le négoce bordelais et quelques propriétés que nous qualifierons de pilotes, même aux USA où une large partie des amateurs sont eux aussi financièrement exclus par les négociants de la place de Bordeaux, au profit des asiatiques qui paient mieux. Dépit exprimé par E Asimov, célèbre critique du NY Times (et neveu d'Isaac Asimov) que je vous ai traduit et disponible ici


The Pour

Bordeaux Loses Prestige Among Younger Wine Lovers

 

"Les grands crus 2009 de Bordeaux ont commencé à le chanter avant même la récolte l'automne dernier: les rumeurs de qualité se sont muées ce printemps en concert de louanges orchestrées et en conséquence le commerce alléché est accouru à Bordeaux pour goûter le fruit de la récolte 2009. La Grande-Bretagne, qui prend son bordeaux extrêmement au sérieux, a relayé les louanges émises après examen des vins. Le retentissement a été volontairement maximal à Hong-Kong, angle d'attaque nécessaire à l'abordage d'un marché asiatique énorme. Aux États-Unis, la clameur a  été répercutée par les grands collectionneurs et investisseurs mais aussi avec des restaurants hauts de gamme dont les clients n'hésitent pas à dépenser (perdre) des centaines ou même des milliers de dollars sur des bouteilles renommées. Le peuple a prêté attention quand Robert M Parker cadet, le critique de vin dont les avis influence le plusdes prix de Bordeaux, a écrit, "Pour un certain Médocs et Graves, 2009 peut s'avérer être les vendanges( le millésime) les plus exceptionnelles que j'ai goûté en 32 ans."

Mais pour une part significative de la population buvant du vin aux États-Unis, les délires n'étaient pas assez relayés dans le monde entier pour susciter autre chose qu'un bâillement. En effet, Bordeaux, pourtant surement la région la plus révérée au monde et le porte-étendard de tous les grands vins , est maintenant devenuhors de portée du commun des buveurs

Qu'est-ce qui est arrivé ? Beaucoup de Bordeaux sont consommés aux États-Unis. En 2009, 1.29 millions de caisses de vin de Bordeaux ont été importées, représentant 0.46% de l'ensemble des vins distribués dans le pays. Tandis que ce pourcentage augmente et chute selonl'année, c'est toujours loin  des records datant du milieu des années 1980. Les expéditions de Bordeaux ont représenté jusqu'à 1.69 % en 1985, par exemple.

asimovTandis que la baisse provient de plus de concurrence sur le marché des vins à prix moins élevés, il reflète aussi un changement dans le démographie des aficionados de Bordeaux aux USA. Pour jes jeunes Américains, Bordeaux
tout particulièrement est devenu démodé.

Les jeunes Américains comme les amoureux de toujours de Bordeaux, ont été au sens littéral éloignés de ces vins. C'était une initiation à tous les vins merveilleux venant de partout à travers le monde. Maintenant, l'excitation est partie ailleurs, en Bourgogne, Loire, en Italie et en Espagne. Bordeaux, quelques jeunes passionnés de vin le disent ennuyeux et peu attrayant. Ils le voient comme un vin cher faconné pour des collectionneurs riches, des investisseurs et des spéculateurs qui y cherchent un luxe et un statut approuvé par la critique plutôt que le grand frisson au fond du verre. 

La perception de Bordeaux pour ma génération correspond au bling bling, très Rolex-Rolls-Royce, dit Cory Cartwright, 30 ans, qui est un associée dans Sélection Massale, une nouvelle société à San Jose, la Californie, qui importe des vins naturels et traditionnels faits par de petits producteurs. Elle écrit pour le Saignée Wine Blog: Je ne connais pas beaucoup de personnes qui aiment ou boivent du Bordeaux.

Mais le manque d'intérêt n'est pas juste une question d'image. Ce n'est non plus seulement un reflet d'une économie faiblarde, qui a fait baisser les ventes de la plupart des vins chers dans les deux dernières années.

Le fait le plus dérangeant pour Bordeaux est qu'il a en grande partie perdu la fidélité des passionnés sans fortune du vin comme les sommeliers, les cavistes de quartier, qui peuvent aider à construire un socle de consommateurs pour les vins. Le haut de gamme, des vins de grand nom auront toujours un marché, mais les noms moins chers, plus basiques, les têtes de pont attirant les jeunes explorateurs du vin sans idées préconcues, ne peuvent pas aller à la bataille sans l'aval de ces intermédiaires cruciaux.

Je n'ai rencontré dans les 15 dernières années aucun jeune sommelier qui soit passionné de Bordeaux dit Paul Grieco, propriétaire du restaurant le Foyer comme de 2 bars à vin innovateurs, Terroir et Terroir Tribeca, tous situés à Manhattan. M. Grieco a pourtant été un mentor pour beaucoup de jeunes sommeliers. Il lui-même appris le grand vin  en buvant du Bordeaux. Néanmoins, dans ses bars à vin, il sert 50 vins au verre mais pas un Bordeaux. Cette attitude désinvolte des grands vins bordelais lui a laissé des sentiments mitigés.

Je suis un type respectueux de l'histoire, comment ne puis je pas révérer Bordeaux ? Même si une personne entrait en demandant un verre de Bordeaux, je me dirais que je dois vraiment lui servir du Bordeaux. Mais personne ne me l'a demandé. Pas un! C'est assez triste.


Pour beaucoup de sommeliers plus jeunes et des amateurs de vin, la nouvelle norme d'excellence est la Bourgogne.
À la différence de Bordeaux, où beaucoup de châteaux les plus en vue sont dirigés par des sociétés ou des propriétaires, généralement absents et riches, la Bourgogne regorge de propriétés, y compris parmi les plus célèbres, à taille humaine. Traiter avec Bordeaux exige souvent le travail d'une entreprise avec des cadres et des spécialistes marketing. Il est beaucoup plus aisé de visiter une propriété Bourguignone et de rencontrer la personne qui soigne les vignes, fait le vin et signe l'étiquette.

Pour les gens de ma génération, ceux ayant de 30 à 50 ans, je ne pense pas que nous ayons eu les mêmes moments magiques avec Bordeaux, alors que nous sommes totalement connecté à la Bourgogne ou même le Rhone dit Laura Maniec, qui dirige les choix des vins pour plus de 15 restaurants dans le B. R. Guest Group.

Elle achète toujours la plupart des Bordeaux pour des restaurants comme Primehouse, un grill situé à Manhattan et le Gril Bleu D'eau, un restaurant de fruits de mer de Manhattan qui héberge beaucoup de fêtes d'entreprise où Bordeaux reste presque obligatoire. Mais il n'y a plus aucun rapport passionnel, d'étincelle dans les yeux, dit elle.


Il y a 30 ans, un restaurant digne de ce nom se devait d'offrir la plupart des Bordeaux. Ce n'est plus le cas, à part les grills et les restaurants très huppés. De nos jours, les personnes dans le commerce du vin considérent que Bordeaux est destiné à la vente au détail via de grosses firmes comme Xérès-Lehmann à New York, Zachys dans Westchester et K et L Wine Merchants en Californie.

Les jeunes ne rencontrent pas fréquemment lBordeaux dans les restaurants dit Clyde Beffa junior, le vice-président de K et L, un des principaux vendeurs de Bordeaux des USA. Les sommeliers veulent apporter leur propre touche originale, et ça me rend fou. Ils peuvent avoir jusqu'à cinq grüner veltliners ou rieslings parce qu'ils viennent de les découvrir et ne recommander aucun Bordeaux. Et ça, c'est à cause des prix.

Un bon Bordeaux se vend entre 35
et 50$ à la vente au détail, 85 à 100 $ au restaurant, voire beaucoup plus, des prix de toute façon très éloignés des rouges du Loire, du Beaujolais ou l'Alto Adige, passions actuelles des cavistes et des sommeliers.

Une autre barrière significative entre des jeunes buveurs de vin et Bordeaux est l'absence d'un avocat charismatique pour ces vins. L'avis de Parker et autres critiques de vin a tendance à être considérée comme vieillissante et immuable. En attendant, les cavistes et  principaux distributeurs comme Kermit Lynch, Neal Rosenthal et Louis/Dressner, qui ont attirés et conquis de vrais passionnés, n'ont presque pas de relations avec Bordeaux, qui a longtemps été le domaine de grandes sociétés.

Pour les importateurs touchant le créneau des plus jeunes, comme M. Cartwright, la taille et la complexité du marché sont la raison pourlaquelle il ne cherche pas à faire débuter par les vins de Bordeaux.

Tout y est dirigé par les commerciaux dit il. Vous n'êtes jamais sûrs de qui fait le vin. Pour ma part comme surement la majorité des gens de mon âge, nous retournons aux cultivateurs - au coté humain - et Bordeaux en semble très éloigné.

Alors que Bordeaux parait avoir perdu beaucoup de son côté mythique et de son charme, il a toujours ses défenseurs, même parmi la foule des sommeliers. Belinda Chang, le directeur de vin au Moderne dans le Centre ville de Manhattan, reconnaît que Bordeaux est devenu une marque et que c'est souvent trop cher, mais soutient que sa grande qualité intrinsèque et son côté classique le rendent irremplaçable.

Je suis une fan et je n'ai pas peur de le dire, dit Mme Chang. Qui serait enthousiasmé à l'idée d'avoir un verre de Château Pétrus, s'il n'en payait pas la note ?

CQFD.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Vins de Martinique
  • : Les aventures de dégustation d'un club oenophile tropical.
  • Contact

Recherche

Pages