Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 octobre 2009 1 12 /10 /octobre /2009 02:38

Meursault (photo V Dancer);    le carré au milieu à G est le clos des perrières (voir carte dessous)

Tout est compliqué en Bourgogne : il ne faut pas confondre Bouchard père et fils et Bouchard ainé ! Depuis 1995, la qualité s'est encore accrue dans cette vénérable maison depuis son rachat par Joseph Henriot le champenois. Les blancs ont été renforcés par l'achat de premier crus de Meursault, venant de chez Ropiteau, nous permettant de comparer les crus de cette jolie côte. Des différences ? légitime question. Y en a t'il ? C'est un des buts de cette dégustation : percevoir des différences alors que le matériel végétal, la culture, la récolte et l'élevage sont identiques.

Les 0.28 hectares de charmes ( sur 31.12 !!) ne font pas partie de la plus belle parcelle de ce grand premier cru. Le sol est caillouteux, argilo-calcaire avec des traces de fer. Proche de celle de JM Roulot, elle s'exprime outre les fruits et fleurs blancs tout en rondeur, un gras noiseté conséquent alors que les charmes dessus, la plus belle parcelle, est proche des perrières avec une minéralité et une droiture affirmées. Il est toujours équilibré et sensuel moins minéral que le perrières et moins exotique que le genevrières.

0.55 Ha de gouttes d'or (sur 5.33) donnent un vin opulent, épicé,  avec des notes de beurre frais naturelles même en l'absence de bois neuf. Ces Meursault sont tout en rondeur exprimant des fruits confits, du moelleux mais sans lourdeur.

Le poruzot représente 0.44 Ha (sur 11.43) d'un vin proche du gouttes d'or mais plus dur, puissant, valeureux, sa minéralité originale s'exprimant sous la forme de gouts de silex.



Les genevrières ( image au dessus) sont une spécialité de cette maison qui en possède 2.65 Ha (sur 16.5). Le sol y est maigre et caillouteux. Ce vin est voluptueux voire éxotique dans sa jeunesse, mais perd son gras,  la minéralité ressortant avec la garde, contrairement à son voisin très proche le perrières. Il reste toujours élégant mais avec moins de grandeur qu'un perrières bien interprété.

Bouchard a de la chance de posséder une magnifique parcelle de perrières de 1.2 Ha (sur 13.7 Ha au total) en partie sur le bas du cru, la plus belle,  toute proche du clos des perrières, "le futur grand cru" du secteur. Il exprime une grande minéralité avec beaucoup de longueur et de grandeur, mais moins de gras que dans tous les autres crus. cannelle, noisette. Les deux parcelles du haut sucent les cailloux comme de dit Christophe Bouchard, en charge du vignoble. Il le paille dans certaines périodes pour éviter de perdre toute humidité,  la terre y étant quasiment absente.



Il accompagne des poissons de rivière en sauce, les volailles de belle origine.

Partager cet article

Repost 0
Christophe Deligny - dans Dégustation
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Vins de Martinique
  • : Les aventures de dégustation d'un club oenophile tropical.
  • Contact

Recherche

Pages