Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 janvier 2013 2 08 /01 /janvier /2013 11:36

 

Le mas de Daumas Gassac (copyright Daumas Gassac)

 

Le mas Daumas Gassac, n'a pas une grande histoire. Et pourtant, il fait partie des domaines qui vont faire relever la tête aux vins du Languedoc. Ce n'est qu'en 1970 que la famille Guilbert va racheter ce mas en ruine. Leur ami, le Pr Enjalbert, spécialiste bordelais de la géologie viticole après avoir visité la propriété leur déclara qu'ils avaient acheté un terroir d'exception du fait de la présence de grèzes glaciaires très qualitatives pour la vigne, de sources froides et du Larzac qui vont tempérer les grandes températures de la région. Cela permettait d'obtenir de la finesse.

Véronique et Aimé Guilbert de la Vayssière vont donc planter des cabernets sauvignon de grandes propriétés bordelaises dès 1972. La première année, 1978,  sera produite avec les conseils du grand oenologue Emile Peynaud.

 

 

Le vignoble de Daumas Gassac (copyright Keisuke Matsushima)

 

Etant donné son encépagement très bordelais, il ne pourra bénéficier que de la mention vin de table.

Les vendanges manuelles permettent la production de 120 à 150000 bouteilles tous les ans du grand vin. Le rendement moyen est de 35 hectolitres par hectare. Le cabernet sauvignon représente toujours 80% des vignes qui composent le premier vin, mais 10 autres cépages médittéranéen depuis sont venus compléter l'encépagement: Il est élevé 12 à 15 mois dans des barriques de 1 à 7 ans. Il existe une deuxième grande bouteille, la cuvée Emile Peynaud, est réalisée à partir des premières vignes plantées en 1972 sur le terroir le plus pauvre et le plus prometteur pour un total annuel de 1800 à 5000 bouteilles. Cette grande cuvée est vendue de l'ordre de 100 euros depuis le premier millésime, 2001.

 

Aimé Guilbert (copyright trinque Fougasse)

 

Les millésimes que nous dégusteront seront:

 

En 1993, il a fait très beau au Mas, ce qui fait qu'il s'agit d'une grande année très tannique et de longue garde. Effectivement, le vin est serré, de belle longueur avec des parfums pour l'instant des parfums limités. Beaucoup lui voient de l'avenir.

 

1988 fut un millésime de longue garde avec de tous petits rendements. Magnifique, magique, long avec de beaux parfums de sous bois, de fleurs dont la pivoine. Encore de l'avenir à 25 ans!!!

 

1985 fut considéré comme le plus grand millésime réalisé à Daumas Gassac à sa naissance réalisant la synthèse de toutes les qualités souhaitables: finesse, suavité, intensité..Trop tard, beaucoup de parfum, mais plus beaucoup de corps.

 

2001 (Emile Peynaud): année très concentrée grace au vent du nord qui a deshydraté le raisin pendant 6 semaines continues.Somptueux, le vin préféré de tous ou à peu près. Longueur, élégance, persistance, équilibre, magnifique mais a t'il autant d'avenir que 1988? Grand vin.

 

2002 (Emile Peynaud): grand soleil (2°C la nuit, 32°C la journée) et vent du nord ont permis de réaliser une nouvelle grande année avec des rendements de petit volume (30 hl/ha). Beaucoup moins réussi que son ainé, il a un corps longiligne, une longueur moyenne, peu de parfums. Aurait il du être sorti?

 

Une maison qui travaille bien avec de beaux terroirs. Etonnant pour la région, le 1988 boxe encore et a de l'avenir !!

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Bacchus 11/01/2013 18:48

Voilà une jolie façon de commencer l'année!
Tous mes voeux pour 2013, qu'elle soit une "grande année".
Amitiés.
Bob

Présentation

  • : Vins de Martinique
  • : Les aventures de dégustation d'un club oenophile tropical.
  • Contact

Recherche

Pages