Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 décembre 2007 7 09 /12 /décembre /2007 22:18
J'ai lu pour vous les deux nouveaux livres polémiques sur le vin, sa méthode et ses buts.

Le livre (co)écrit sur Robert Parker, anatomie d'un mythe, par Hanna Agostini, son ancienne collaboratrice pour l'édition des guides en français, est extrêmement instructif sur les méthodes qu'il emploie pour réaliser ses publcations et organiser ses dégustations. On apprend ainsi comment il traite la concurrence, ne supportant pas la contradiction, et utilisant 794542-953603.jpgdes méthodes staliniennes pour déconsidérer l'adversaire et en limiter le message. Mais, il faut avoir à l'esprit que H Agostini a été mise en examen il y a quelques années pour avoir conseillé des entreprises vinicoles, comme le font de nombreux collaborateurs actuels de RP. L'indépendance du célèbre critique, souvent rappelée par lui même, en prend un coup !!
L'autre leçon de ce livre est la mise à la lumière des efforts considérables à déployer par les viticulteurs pour arriver à faire déguster ses vins au "maître" car il n'accepte l'organisation de dégustations que de quelques amis. Vous saisirez donc ainsi le pourquoi de l'apparition d'association sous des noms du type "cercle Bordeaux rive gauche" ou "union des grands crus" dont le seul et unique but est d'arriver à faire déguster à RP leurs vins. Vous verriez par exemple les efforts de Gérard Perse (Pavie) pour approcher RP via un de ses proches, en lui organisant un petit dîner surprise dans un restaurant des landes avec de merveilleux millésimes des plus grands Bordeaux amenés par ses soins (bénévolement s'entend !!). Un petit investissement de quelques dizaines de milliers d'euros immédiatement rentabilisés, puisque Bob est venu dès le lendemain visiter les propriétés Perse. Ce n'est même pas Nossiter qui le révèle, mais la collaboratrice de l'époque de RP. Il est aussi amusant de voir que les quelques personnes à qui Bob demande, lors de son passage à Bordeaux, d'organiser une dégustation (5 ou 6 personnes maximum) se disputent sournoisement ce privilège, tant il est lucratif pour les dites personnes, puisqu'elles deviennent un passage obligé pour avoir une chance d'obtenir une fameuse note sur 100. Ces notes sont d'une immense subjectivité, n'étant pas une construction liée aux qualités du produit décortiquées de façon systématique (10 pour la longueur, 10 pour l'élégance, ect..), mais le reflet d'une impression immédiate de l'autoproclamé meilleur dégustateur du monde.
Je ne vous conseille vraiment pas d'acheter ce livre, écrit avec les pieds, pénible à lire, comprenant un nombre incalculable d'accumulation de preuves. Pour tout dire, je l'ai acheté d'occasion ne voulant donner aucun écu à "l'auteur".



Infiniment plus humain est le livre de Jonathan Nossiter, le goût et le pouvoir. Le style est beaucoup plus jonathan-nossiter-gout-pouvoir.jpginteressant, plus humain, confinant par moment à la poésie et à la philosophie. Il revendique :

- de pouvoir exprimer son goût, surtout s'il est différent du goût dominant (Parker-Rolland, P-R), aimer des vins avec des défauts, des goûts malaimés comme l'amertume ou l'acidité, moins bien faits, mais exhalant leur originalité. Mais il reconnait le droit à chacun d'aimer selon ses goûts.

- qu'on n'utilise pas la moquerie pour déconsidérer les viticulteurs représentant l'ancien style dans une appellation touchée par le style P-R (le but étant purement et simplement d'éliminer la concurrence, pour gagner plus d'argent)

- de ne pas bouleverser tout dans le sens du goût unique, pour ne pas perdre des pans entiers de culture, héritage de tous les hommes, simplement pour que cela rapporte à quelques uns quelques monnaies sonnantes et trébuchantes.

- Il examine et classe les raisons humaines et les intentions des différents établissements où on peut boire du vin. Il constate notamment dans certains restaurants un décalage entre le discours et la réalité vécue par le client . Vous assisterez aussi à des dégustations à l'aveugle, entre personnes d'horizons divers, dont le but est de partager des émotions (bonnes et même mauvaises !), les bouteilles étant amenées par chacun des participants. Vous participerez  à des repas où de très grands vignerons bourgignons (Dominique Lafon, Jean Marc Roulot, Christophe Roumier) expriment leurs doutes, leurs difficultés, racontent la relation avec leur père et ses conséquences sur leur façon de concevoir le vin et la vie. Vous y retrouverez quelque chose de nos dégustations. Vous y glanerez quelques adresses de cavistes, de restaurants tout en y découvrant la philosophie de l'établissement, classée selon ce que le propriétaire veut y réaliser. Nossiter analyse en effet les différents type de lieux où le vin est vendu, avec l'approche humaine qui y est menée, riche ou pauvre, passionnée ou interressée, attentive ou désinvolte, érudite ou conquérante... On peut tout juste lui reprocher d'être par avance effrayé d'une dégustation faisant la part trop belle à l'évocation des parfums du vin en oubliant le palisir, traumatisé qu'il est par l'emphase de certaines analyses de RP, manifestement faites pour en imposer.
Un très beau livre humain et poétique sur la tolérance et l'intolérance vue au travers du lien entre les hommes que représente le vin. Je recommande vivement sa lecture.

Partager cet article

Repost 0
Christophe Deligny
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Vins de Martinique
  • : Les aventures de dégustation d'un club oenophile tropical.
  • Contact

Recherche

Pages