Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 décembre 2007 7 02 /12 /décembre /2007 01:41

Je vous reproduit les prévisions de Bob Parker retrouvées sur le site Chazallet.com. Il y a beaucoup de choses interessantes dedans. J'ai mis mes commentaires en italique après la prediction.

" L'an passé, en 2005, le célèbre critique de vins Robert Parker a fait 12 prédictions qu'il serait bon de relire régulièrement


 
 

1 - Aux Etats-Unis, la distribution sera bouleversée.

 

Je prédis l’effondrement total du système de distribution du vin aux Etats-Unis, qui est actuellement enchevêtré par son fonctionnement à trois niveaux. Le processus existant, un legs de l’ère de la Prohibition, acte que tout vin étranger doit être amené au pays via un importateur, qui le vend à un grossiste qui, ensuite, le vend à un distributeur. Quant aux producteurs américains, ils vendent leur vin à un grossiste, qui le vend à un distributeur. En résumé, il s’agit d’un système absurdement inefficace qui coûte très cher pour le consommateur. Cette démarche étroitement contrôlée (qui existe grâce aux lobbyistes financés par les puissants grossistes de l’alcool et du vin) se dilue dramatiquement, accélérée en grande partie par la possibilité de commander le vin par Internet. Différents jugements de la cour fédérale, au cours de ces dix dernières années ont confirmé que la cour suprême devra finalement acter si les wineries pourront vendre, soit au grossiste, soit au distributeur ou même directement au consommateur. Imaginez, si vous le pouvez, un grand château Bordelais, un tout petit domaine du Piedmont ou un petit vignoble artisanal en Californie ayant tous la possibilité de vendre la totalité de leur production directement aux restaurants, distributeurs et consommateurs. A mon avis, ce sera possible dès 2015.

 

2 - L'Internet du vin aura une place prépondérante.

 

Les forums sur Internet, les sites web créés pour les fanas du vin, et les sites web ultra modernes diffuseront instantanément des informations à propos des nouveaux vins et des nouveaux vignerons. Aujourd’hui encore, il n’y a que les accros au monde virtuel et les internautes passionnés qui utilisent de tels sites. Dans 10 ans, ils seront nombreux. Les magazines et les journaux du vin d’aujourd’hui seront remplacés par un système d’informations sur le Net, plus démocratique et plus ouvert, rédigé par des experts, des consultants, des spécialistes, des conseillers et des passionnés du vin.
Evident d'autant plus que les prix des grands explosent et que tout système shuntant les intermédiaires sera le bienvenu pour diminer les prix.

 
 

3 - Pour les meilleurs vins, la surenchère mondiale sera la règle.

 

La concurrence pour les plus grands vins connaîtra une croissance exponentielle : les vins les plus rares deviendront de plus en plus chers et difficiles à acheter. L’intérêt croissant pour les grands vins, particulièrement en Asie, en Amérique du Sud, en Europe Centrale et de l’Est et en Russie aggravera la situation. On verra des guerres d’enchères pour de petits lots de caisses de vins à production limitée et à forte valeur. Bien que les prix des vins tirant leurs origines des vignobles les plus « bénis » semblent élevés aujourd’hui, ce n'est qu'une partie de ce que ces vins coûteront d’ici dix ans. Par exemple, bien que les Américains se plaignent en regardant les prix atteints par les ventes de vins en primeur de 2003 à Bordeaux (4 000 dollars par caisse en moyenne), si mes intuitions sont correctes, un bon millésime de ces vins primeurs coûtera au minimum 10 000 dollars d’ici une décennie. C’est simple : la quantité des bons vins est limitée, et la demande pour ces vins deviendra au moins 10 fois plus grande.
Parfaitement d'accord.
Deux leçons :
- Déguster tout ce qu'on peut encore déguster dans les grands classiques d'aujourd'hui de prix encore accessibles.
- Apprendre le vin et donc à choisir par soi-même.
Une conclusion : vive le club

 

4 - La France sera dans la tourmente.

 

La mondialisation du vin a plusieurs conséquences, et de nombreuses d’entre elles signifient de mauvaises nouvelles pour le pays historiquement connu pour la production des meilleurs vins du monde : la France. Le système de classement français deviendra même plus stratifié ; 5% des meilleurs domaines produiront les vins les plus irrésistibles pour lesquels ils recevront les prix de plus en plus astronomiques. Cependant, l’obsession française de la tradition et du maintien du statu quo aura comme conséquence la faillite et l’effondrement des producteurs qui refuseront de reconnaître la nature compétitive du marché mondial du vin.
Oui, tant que les plus mauvais continueront de tirer les ficelles politiques pour bénéficier de l'aura apportée par les plus grands sans s'astreindre eux même à un quelconque geste vers la qualité. Ceci demande un engagement de formation à s'adapter à la plante (ne pouvant plus appliquer les recettes toutes faites avec engrais et désherbants aux dates enseignées par les fournisseurs de produits chimiques), des risques sur les dates de la récolte que beaucoup ne sont pas prêts à prendre. C'est tellement plus facile de vendre chaque année ses litres d'appellation aux négociants en se rattrapant sur la quantité, pourtant nécessairement ennemi de la qualité.

 

 

5 - L'utilisation des bouchons de liège se réduira.

 

A mon avis, dès l’an 2015 les bouchons de liège auront été largement remplacés par les bouchons à vis. L’industrie du liège n’a pas assez investi dans des techniques pour empêcher des vins bouchonnés (conséquence : jusqu’à 15% des vins sont touchés d’une odeur éventée, de moisi). On verra les conséquences dramatiques de ce « laissez-faire. » Les vignerons de pointe sont de plus en plus nombreux qui choisissent les bouchons à vis pour des vins à consommer dans les 3 ou 4 ans après les vendanges (environ 95% des vins du monde), et cette tendance ne va que s’accentuer.
Les seules exceptions seront les grands vins qui doivent être élevés pendant 20 à 30 ans : ces vins vont demeurer principalement à fermeture par bouchon de liège. Mais, les producteurs de ces vins devront faire face au mécontentement des consommateurs si l’industrie du liège ne résout pas le problème des mauvais bouchons. Les bouchons synthétiques ne sont pas la solution. Ils ne pourront pas concurrencer les bouchons à vis.
Parfaitement d'accord. Il n'est pas exclu que même pour les grands vins, on s'y mette. Cela dit quand la pression se sera dessérée sur les chênes lièges (diminution du volume annuel nécessaire), la seule solution pour les bouchonniers sera de faire du haut de gamme, ce qui sera plus facile car on pourra attendre que le liège se forme plus longtemps.

 

 

 

6 - L'Espagne deviendra un pays phare pour la viticulture.

 

L’essor de l’Espagne va continuer. Le pays est aujourd'hui leader par la qualité et la créativité de ses vins, qui associent les caractéristiques les plus fines de la tradition à une philosophie moderne et progressive de la viticulture. L’Espagne, sortant actuellement d’une longue période d’une viniculture coopérative qui mettait l’accent sur la quantité plutôt que la qualité, a finalement commencé à comprendre qu’elle possède plusieurs vignobles avec des vignes âgées, ayant un potentiel presque illimité. Les vignerons espagnols reconnaissent qu’ils ne sont piégés, ni par l’histoire, ni par le besoin de maintenir le statu quo qui irrite et brime actuellement de nombreux producteurs français. Dès 2015, les régions qui ont traditionnellement produit les meilleurs vins espagnols (Ribera del Duero et Rioja) auront le deuxième rang, derrière des régions en ascension, telles que Toro, Jumilla et Priorat.
Il va falloir trouver de la finesse pour s'adapter au changement de goût qui se profile..

 

7 - Le Malbec fera de plus en plus forte impression.

 

Dès 2015, on comprendra la grandeur des vins argentins fait à partir du raisin Malbec. Ce cépage français, après avoir échoué si exécrablement dans son propre domaine à Bordeaux, a atteint une grande qualité en Argentine. Non seulement des Malbecs délicieux et peu coûteux, mais aussi ceux qui sont vraiment majestueux et profondément complexes, venant des vignobles d’altitude, sont déjà en production et, dès 2015, la place de ce raisin longuement ignoré sera assurée dans le panthéon des vins les plus nobles.
Pas certain que ce cépage seul puisse donner une grande profondeur.

 

 

 

8 - La côte centrale de Californie dominera les autres régions des Etats-Unis.

 

Les vins de la Côte Centrale de Californie (une vaste région qui va de Contra Costa jusqu’à Santa Barbara) seront placés au même rang que les vins bénis des vallées Sonoma et Napa. Aucune région productrice aux Etats-Unis n’a démontré de progrès comparable à propos de la qualité, ni le potentiel de la Côte Centrale, avec ses cépages du Rhône, et de la région de Santa Barbara où les cépages bourguignons Chardonnay et Pinot Noir sont plantés dans ces climats plus frais.

 

 

9 - L'Italie du sud deviendra de plus en plus réputée.

 

Tandis que très peu de consommateurs auront les moyens d’acheter les profonds Barolo et Barbaresco du Piedmont (qui seront sujet d’une demande mondiale fanatique dix fois plus que ce que l’on voit aujourd’hui), les régions productrices italiennes telles que l’Umbrie, la Campanie, la Basilicate et les îles de Sicile et de Sardaigne seront connues partout dès l’an 2015. La révolution œnologique déjà en cours en Italie continuera. Les récompenses deviendront de plus en plus manifestes au cours de la prochaine décénnie.
Comme toutes les zones d'ancienne réputation de viticulture, où le travail était devenu routinier. Quand des viticulteurs y retrouvent le goût de faire grand, étant donné que les cépages sont déjà adaptés aux meilleurs terroirs (adéquation cépage-terroir fruit de l'observation humaine pendant des siècles) et pour peu que ceci n'aie pas été cassé par l'installation d'une viticulture productiviste faisant perdre les repères comme cela s'est passé dans le Languedoc il y a un siècle, Les vins peuvent rapidement faire partie de l'élite mondiale.

 

 

10 - Le vin "non boisé" trouvera une audience de plus en plus large.

 

Etant donné le style de plus en plus varié de nourriture que nous consommons, en plus des différents goûts de plus en plus nombreux qu’on trouve dans nos assiettes, de plus en plus de vins vont offrir des bouquets remarquablement purs et des saveurs non marqués par le vieillissement en bois. Les blancs clairs et vifs et les rouges fruités, savoureux et sensuels connaîtront une demande plus forte en 2015. L’élevage dans le bois demeurera important pour les meilleurs cépages et pour les vins vieillis. Pourtant, ces vins ne constitueront qu’une partie infime du marché.
Evidemment. Autre raison de moins boire des vins lourdement boisés, le réchauffement, qui donne envie de boire des vins d'été. On se lasse du boisé, et plus on avance en dégustation, plus le boisé caricatural devient écoeurant et inacceptable.

 

 

11 - Le rapport qualité / prix sera un atout.

 

Malgré ma prédiction pessimiste à propos du coût prohibitif des meilleurs vins du monde, il y aura dans l’avenir, de plus en plus de vins de haute qualité à des prix bas. Cette tendance sera observée d’abord dans les pays européens, puis l’Australie, qui continuera de jouer un rôle très important. L’Australie a perfectionné l’agriculture industrielle : il n’y a aucun autre pays qui apparaît capable de produire aussi bien une bouteille de vin pour €8. Cependant, ces vins sont trop simples, fruités et « sans âme. » Il faudra que l’Australie s’améliore et commence à créer des vins accessibles, ayant plus de caractère et plus d’intérêt afin de se repositionner dans le marché mondial d’ici dix ans.
Je suis tout à fait d'accord et pour tout dire très optimiste du fait de l'apparition de nombreux nouveaux passionnés au cours du renouvellement de la génération du baby boom. Celle ci a été élevée dans le tout technologique à appliquer des recettes (généralement chimiques) sans trop comprendre (ce qu'elle qualifie de tradition, paradoxe qui fait hurler de rire) pour faire des produits industriels qu'on cache sous la bannière vigneron-récoltant pour endormir les consommateurs. Ces jeunes là ont une éthique de vie, une idée du grand vin et un respect suffisant des autres pour produire de grands vins de façon respectueuse de l'environnement. Beaucoup de jeunes surdiplomés avec de gros bagages s'installent même dans de petites appellations et y bouleversent les mentalités routinières.
Par contre, l'australie à 8 dollars, je doute, c'est souvent fardé et industrieux alors qu'on trouve du grand en France à ce prix là. Mais il faut connaitre et trouver.

 

12 - La diversité des vins sera le mot clé.

 

Dès 2015, le monde du vin sera devenu plus varié. Nous verrons des vins de qualité ayant pour origine des pays aussi inattendus que la Bulgarie, la Roumanie, la Russie, le Mexique, la Chine, le Japon, la Turquie et peut-être l’Inde. Toutefois, selon moi, même avec l’entrée dans le marché de tous ces nouveaux producteurs, le point de saturation ne sera toujours pas atteint puisqu’une proportion de plus en plus grande de la population mondiale choisira le vin comme leur boisson alcoolique de choix."
Evident. Mais, je parierais volontiers  comme je l'ai signalé auparavant surtout sur les pays où les cépages sont déjà installés dans les meilleurs terroirs pour lui, et surtout dans les pays de la diversité des cépages autochtones pas encore remis à leur niveau d'antan (croatie, Bulgarie, Géorgie).

En tout cas pas bête le Bob..

Partager cet article

Repost 0
Christophe Deligny
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Vins de Martinique
  • : Les aventures de dégustation d'un club oenophile tropical.
  • Contact

Recherche

Pages