Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 octobre 2007 1 29 /10 /octobre /2007 19:48
Chers amis.
Nos deux ans ont été dignement fêtés par la verticale des trois merveilles de Marcel Guigal sur deux millésimes.
Nous allons passer dans une autre dimension avec des vins en apparence beaucoup moins célèbres, beaucoup plus rares, connus seulement des grands amateurs. JM Guffens est un génie et je vais essayer de vous le prouver au travers de 6 vins arrachés aux rares allocations françaises :




Quand le couple Guffens a débarqué à Vergisson en 1976 à 20 ans dans leur vieille Honda civic cabossée, diplôme d’architecture et de théatre en poche, ne parlant pas un mot de français, rien ne laissait supposer que JM Guffens deviendrait un des plus grands maîtres du chardonnay. Il a ouvert la voie au renouveau du maconnais, en pleine ébullition.

Visoterra-la-roche-de-vergisson-5779-copie-1.jpg

          Vergisson (d'après visoterra.com)


Le vignoble du Maconnais est le plus au sud de la Bourgogne. Les vins sont constitués de chardonnay pour les blancs, gamay (du Beaujolais tout proche) et pinot noir pour le rouge. Tous les vins peuvent être embouteillés sous l’appellation Bourgogne AOC. Il existe des crus, le plus grand et le plus célèbre étant Pouilly Fuissé. A coté se trouvent les Saint Véran, Pouilly Vinzelles et Loché qui commencent à être réveillés par des producteurs très qualitatifs (Bret brothers). Enfin le Macon peut être accompagné de son nom de commune comme Pierreclos pour notre dégustation. Si la notion de crus se développe pour mettre en valeur les meilleures parcelles, l’appellation réfléchit à la notion de grand et de premier cru. Force est de constater que la majorité des vins produits ici sont de médiocre qualité, mais de nombreux producteurs idéalistes se sont installés dans la région, repoussés par le prix délirants de la vigne autour de Beaune, augurant d’un grand avenir.

Roche de Vergisson
roches-vergisson.jpg
















                                                                                             Maine et Jean Marie Guffens
Verget1.jpg Ils se sont d’abord donné un an pour apprendre la langue et approcher le métier de vigneron, se louant comme ouvriers agricoles. Maine s’est progressivement plus intéressée à la culture alors que Jean Marie s’est pris de passion pour le travail de cave. Sur les dix dernières années, la viticulture d’élite du domaine lui a permis de ne pas récolter un raisin en dessous de 13°5. Le style est pourtant profondément axé sur la minéralité qu’il puise dans les sols du maconnais. Chaque pied ne saurait produire plus de 800 grammes de fruit avec des raisins de la taille la plus petite possible. Aucun besoin d’analyse, la récolte ne se faisant que lorsque le raisin de toute la parcelle est bonne à manger… Les cuvées de base, réalisées avec les deuxième presses, sont mises en bouteille après 11 à 12 mois alors que les premiers jus bénéficient d’un élevage long de 18 mois terminé dans des cuves de béton, dont l’intérieur est arrondi pour permettre un meilleur contact avec les lies (éléments solides dans un vin en cours d’élevage). Guffens est un expert du pressurage desguffens.gif raisins : on comprend aisément l’importance de cette étape de la vinification en imaginant tout ce qu’on peut soi-même retirer d’amer d’un pépin de raisin en pressant très fort. Le pourcentage de fûts neufs n’excèdera jamais 20%. Jean Marie, pendant que le vin fermente, grapille les derniers raisins oubliés sur les vignes pour constituer une vendange tardive permettant de (m)ouiller les futs avant qu’ils ne reçoivent le vin. Il a observé que cette technique apportait plus de complexité au vin. Toute une somme de détails saisis par une curiosité à toute épreuve lui permettent de produire de grands vins.

Le domaine comprend environ un hectare de Pouilly-Fuissé sur trois terroirs spécifiques : la Roche (0.25 ha), les Croux (0.4 ha) et les Crays. Les Croux sont exposés sud-ouest, et ont été plantés en 1980.

Le clos des petits croux sous la roche

RocheVergisson.jpgUne partie des croux, la plus haute est plus vieille, elle est enclavée de murs, c'est le " Clos des Petits Croux ", âge des vignes : 45 ans. La Roche est sur un sol très calcaire exposé sud-est, elle a été plantée en 1962. Les Crays sont exposés plein sud et ont 30 ans mais font rarement l'objet d'une cuvée car souvent assemblés avec les presses des autres cuvées pour en faire le Pouilly-Fuissé.
 
                                                                                    Le Chavigné à Pierreclos
vign3.jpgChavigne est une parcelle de 3.25 hectares dont uniquement 2 et demi ont été plantés. Exposé sud-ouest sur des pentes avoisinant les 40%, il y a des vignes de tous âges, de 4 à 80 ans. La meilleure sélection est chaque année retenue pour la Cuvée " Le Chavigne ", sélection par âge de vignes certes, mais aussi selon la date des vendanges car la cueillette est souvent réalisée en deux fois. Uniquement les jus de coule et premières presses sont retenus pour le Chavigne et les cuvées de Pouilly-Fuissé. Depuis 1983 aucun autre fertilisateur n’est utilisé que le fumier venant de la petite ferme en Charolais de Michel Potdevin, le régisseur du domaine. Aucun désherbant chimique n’est toléré et les vignes sont labourées deux fois par an au treuil. Même si aucun insecticide n’est utilisé, aucun label bio-quoi que ce soit (sic) n’est revendiqué, car JM Guffens pense que le respect de la nature est naturellement la meilleure garantie de la qualité des raisins et du futur de nos enfants.

La taille du domaine est minuscule, environ 4 hectares. Seules 12 à 20000 bouteilles sortent chaque année. Seules 10% restent en France soient 1200 à 2000 !! Du clos des petits croux entre 40 et 60 bouteilles restent métropolitaines alors les amateurs du monde entier se disputent les 90 % restant. Mais pour une fois, seuls les vrais amateurs achètent ces vins, et non les milliardaires et autres trafiquants de drogue. Pas assez tape à l’oeil sans doute.. Et pourtant notre ami Robert (P) encense comme tous les autres critiques ce domaine exemplaire. Probablement aussi que l’offre variable d’une année sur l’autre (il existe dans le maconnais des vendanges dites levroutées cad récoltées tardivement, voir Jean Thévenet cuvée botrytis 2001 d’une dégustation précédente) n’aide pas à fixer l’achat..


- Macon Pierreclos le chavigné 2004 : Fort agréable, citronné ample, plus ouvert et facile que le deuxième.
- Macon Pierreclos Trie de chavigné 2004 : Moins ouvert, plus masculin aux arômes moins agrumes que son frère. Puis ouverture sur les arômes du premier lors de la deuxième dégustation 2 heures après, mais avec plus d'ampleur et de force.
- Pouilly Fuissé
2001 : Masculin, puissant, aux parfums de chardonnay plus évolués (brioche, beurre, noisette, minéralité plus qu'acidité, amertume fine). Citron présent mais confit. Grande longueur et persistance mais si un reproche devait être fait, équilibre moins magique que les autres. Mais grand vin.
- Pouilly Fuissé
La roche 2004 : Splendide vin très jeune sur des arômes très fins et variés d'agrumes. Longueur intense et persistance étonnante. Chassez le par l'oesophage, il revient en rétrolfaction avec force. Très, très grand vin d'un équilibre souverain.
- Pouilly Fuissé
Le haut des vignes 2000 : Tout le monde n'a pas aimé, mais personne ne peut lui reprocher sa longueur et sa persistance. Il est en fait  à mi chemin entre les macon, la roche sur des arômes de jeunesse et le pouilly qui pavane avec ses arômes matures. Très très beau.
- Pouilly Fuissé Clos des petits croux 2002 : Celui qui a le plus divisé les dégustateurs. Le plus masculin, avec une puissance contenue superbe, un jeu sur l'amertume de toute beauté, jouant beaucoup sur le chadec (grand pamplemousse local). Longueur et persistance faisant exploser les caudalies. En grand devenir avec un nez montrant qu'il était en phase de fermeture. Waouh..

Au total, une grande dégustation pour tous sauf pour un, qui n'a malheureusement pas trouvé ce qu'il attendait. Mais tout le monde s'accorde que jamais en deux ans nous n'avions autant de longueur et persistance. Espérons que la prochaine, le 10 décembre avec la dégustation verticale du domaine de Chevalier (1975-1982-1990-1998-2003) conviendra sur tous les plans à tout le monde.



Partager cet article

Repost 0
Christophe Deligny - dans Dégustation
commenter cet article

commentaires

Sebastien_visoterra 20/04/2010 13:25


Bonjour,

la photo Nos deux ans; Le Maconnais par JM Guffens présentée sur votre page accessible sur http://vinsde-martinique.over-blog.com/categorie-10200234.html provient du site Visoterra.com et plus
précisemment de la page http://www.visoterra.com/voyage-premier-voyage-de-jaklin/la-roche-de-vergisson-71.html Or, aucun accord n'a été donné pour cette utilisation qui va à l'encontre des droits
de son auteur.

Merci donc de bien vouloir faire un lien vers la source de cette photo http://www.visoterra.com/voyage-premier-voyage-de-jaklin/la-roche-de-vergisson-71.html à côté de celle-ci le plus rapidement
possible et comme reconnaissance du travail de l'auteur.

Merci d'avance!

Sébastien de Visoterra.com


Présentation

  • : Vins de Martinique
  • : Les aventures de dégustation d'un club oenophile tropical.
  • Contact

Recherche

Pages